N'hésitez pas à nous suivre pour 

découvrir nos nouveaux articles dès leur parution :

  • Facebook Passeports de Légendes
  • Twitter Passeports de Légendes
  • Youtube Passeports de Légendes
  • Instagram Passeports de Légendes

NISSAN SKYLINE GT-R (K)PGC10

HAKOSUKA

#ilétaituneauto

S'il y a bien une lignée de sportives japonaises connue mondialement, il s'agit sans nul doute de celle des GT-R de chez Nissan ! Puisqu'il est question de conter ici l'histoire de modèles de légendes alors attaquons par la première du nom, celle par qui tout a commencé.

 

Dans les années 1960, Nissan, officiellement née sous ce nom en 1934, connaît une expansion importante. Si la plupart des modèles individuels alors commercialisés restent sous l'appellation Datsun, les utilitaires et autres véhicules de grande taille arbore désormais le sigle Nissan. 

 

Sa participation à l'effort de guerre durant la Seconde Guerre Mondiale a permis au petit constructeur d'acquérir des compétences avancées dans le domaine de la production automobile. Sa gamme se développe et, fort de succès commerciaux cumulés avec le Patrol, la 110, la Bluebird ou la President, le constructeur de Yokohama va profiter de la vague de fusions insufflée par le gouvernement japonais. Leur volonté ? Regrouper un maximum d'entreprises existantes pour permettre au Japon de présenter de grands groupes aux yeux du monde et accentuer leur poids économique. C'est ainsi qu'en 1966, Nissan rachète la Prince Motor Company.

MAIS QU'EST-CE QUE LA PRINCE MOTOR COMPANY ?

La Tachikawa Aircraft Company est, au départ, une société aéronautique qui produit les fameux chasseurs bombardiers Zero durant la Seconde Guerre Mondiale. Mais à la fin de cette dernière, et sur ordres des occupants alliés, la fabrication d'avions est arrêtée et l'ensemble des usines est réhabilité pour produire diverses machines et véhicules. Dès 1946 apparaît le premier modèle automobile, la Tama électrique, née pour répondre aux insuffisances d'approvisionnement en carburant sur la péninsule japonaise. Jusqu'en 1952, cette société continue de produire ce type de véhicules avant l'apparition du premier modèle essence 4 cylindres baptisé Prince Sedan en honneur au Prince héritier Akihito. C'est à cette même époque, et après de nombreux changements de noms, que l'entreprise prend l'appellation de Prince Motor Company. Toujours en quête de solutions innovantes dans le domaine automobile, le constructeur envisage de produire première une berline : la Skyline. Présentée en 1954, elle sera, 3 ans plus tard, la première voiture japonaise à être exposée lors d'un salon automobile européen, à Paris en 1957. Après la première génération, dite ALSI, viendra une seconde série, la S50, en 1963 avant que ne s'opère la fusion avec Nissan en 1966 et qu'apparaisse la C10 en 1968.

par Kevin P.

Cette fusion avec la Prince Motor Company bénéficie grandement à Nissan puisqu'elle récupère une équipe d'experts très pointus. Y compris dans le domaine de la course puisqu'ils ont développé, en 1964, une version affûtée de la Skyline S50, la 2000 GT, pour participer en catégorie GT2 au Grand Prix du Japon.

Une des Skyline 2000 GT, connue également sous le nom S54, préparées pour le Grand Prix du Japon 1964

Crédit photo : www.jsae.or.jp

Au départ de la course les ingénieurs de Prince ne le savent pas encore mais cette course va être à l'origine d'une lignée de légende : celle des GT-R. Equipées du 2.0l G7 de la Prince Gloria, les S54 optimisées se montrent très performantes lors de ce Grand Prix sur le circuit de Suzuka à tel point que 5 d'entre elles trustent les 2ème, 3ème, 4ème, 5ème et 6ème places du classement général à l'arrivée. Si la victoire est assurée dans leur catégorie Touring, la plus haute marche du podium au général leur échappe en raison d'une voiture : la Porsche 904 GTS à moteur central.

 

SKYLINE C10

 

Et c'est donc en Septembre 1968, après 2 ans de travail en commun, que sort la première Skyline badgée Nissan : la C10.

 

Au menu de cette génération on retrouve 3 motorisations :

- Le G15 de la Skyline S57 à savoir un moteur 1,5l, 4 cylindres développant 88 chevaux

- Le G18 de 1815 cm3 d'une puissance de 100 chevaux proposé dès Août 1969

- Le L20, 6 cylindres, simple arbre à came en tête (OHC) de 120 chevaux disponible au catalogue fin 1969 (modèle Skyline GC10 ou 2000GT)

Skyline C10 1500 - Crédits photos : Tennen-Gas

Parallèlement au développement de la C10, et pour répondre à l'affront du Grand Prix de 1964, les ingénieurs de Prince décide de mettre au point une toute nouvelle voiture équipée d'un moteur plus performant. Aérodynamique beaucoup plus poussée, nouveau châssis, moteur central arrière GR-8 dérivé de celui des S54, la R380 est née !

Côté chiffres, ce nouveau GR-8 est un 6 cylindres en ligne de 1996 cm3, double arbre à cames en tête, 4 soupapes par cylindre développant désormais 200 chevaux et accouplé à une boîte manuelle 5 rapports Hewland. 

La Prince R380 au Grand Prix du Japon 1966 - Crédit photo : www.2000gt.net

L'orgueil des équipes de Prince va payer puisqu'en 1966, après l'annulation de l'édition 1965, la R380 réalise un doublé en s'adjugeant les deux plus hautes marches du podium face aux toutes nouvelles Porsche 906.

 

Mais pourquoi détailler autant toute cette histoire ?

 

Tout simplement car, dès 1968, Nissan décide de greffer une copie dégonflée de ce même GR-8 dans une Skyline C10 4 portes : la première GT-R est née !

Présentée à l'automne 1968, Nissan lance donc la 2000GT-R (PGC10) équipée donc du même 6 cylindres en ligne DOHC mais rebaptisé S20 car la puissance est abaissée à 160 chevaux. Fabriquée dans l'usine de Musashimurayama, elle est commercialisée quelques mois plus tard, le 21 Février 1969.

 

Son allure générale peu profilée lui vaudra plus tard le surnom d'Hakosuka qui provient d'Hako (boîte) et Suka (diminutif de Sukairain en japonais qui est la traduction de Skyline). 

La Skyline 2000GT-R, 4 portes, sortie début 1969 - Crédit photo : www.performancedrive.com.au

A l'intérieur cette berline sportive se pare de bois en plusieurs endroits comme le cerclage du volant, le pommeau de levier de vitesse, le tunnel central ou encore le tableau de bord. Les sièges avant comme arrière sont recouverts de vinyle.

 

L'instrumentation est on ne peut plus complète : compteur de vitesse, compte-tours, indicateur de pression d'huile, indicateur de température du liquide de refroidissement, ampèremètre et bien évidemment jauge de carburant. 

 

La liste d'options pour sa part comprend la climatisation, une horloge ou encore un poste radio.

On note également la présence du sigle "2000GT" sous les deux petits cadrans du tunnel central

Crédit photo : www.performancedrive.com.au

La PGC10 est conçue pour la piste. Avec ses 200 km/h en vitesse de pointe et un 0-100 km/h en moins de 10 secondes, elle profite également de toutes les avancées du programme R380 : 3 carburateurs Mikuni double-corps N40PHH, boîte 5 vitesses et différentiel à glissement limité pour un poids contenu de 1120 kg.

 Le légendaire S20 de 160 chevaux, porté à plus de 200 ch en compétition.

Crédit photo : www.2000gt.net

Côté châssis, la base est celle de la Bluebird 510 : suspension McPherson à l'avant et bras oscillants à l'arrière. Elle est freinée par 2 disques à l'avant et 2 tambours à l'arrière.

 

Les trois carburateurs seront remplacés par un système à injection Lucas en Octobre 1969 et la suspension sera également revue pour être améliorée.

 

Si les caractéristiques sont ambitieuses, la PGC10 n'est pas pour autant le modèle de série le plus performant du marché. La Fairlady 2000 ou la Toyota 2000GT obtienne de meilleurs résultats chrono, notamment sur le quart de Mile départ arrêté.

 

Mais tout comme l'a dit Louis Lefebvre, "Pour être vivante, une légende doit servir". Et ce modèle n'est pas là pour la frime puisque l'ambition de la GT-R est tout simplement de devenir la reine des circuits japonais. La première course qu'elle dispute se déroule sur le Fuji Speedway en Mai 1969. Face à elle, les Toyota Corona 1600GT5 qui dominent le championnat. Fin de la course, le résultat tombe : 1ère et 2ème place pour la GT-R, la légende débute !

 

Pour faire très simple, de Mai 1969 à Janvier 1971, la GT-R remporte toutes les courses de sa catégorie auxquelles elle participe ! On lui compte pas moins de 36 victoires d'affilée ! Quand la PGC10 est sur le tarmac, ses adversaires ne peuvent se battre que pour les seconds rôles.

SKYLINE KPGC10

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. En Mars 1971, Nissan présente la version 2 portes de la GT-R : la KPGC10. Avec un poids réduit de 20 kg, une caisse plus courte de 70 mm, une hauteur abaissée de 15 mm et une largeur augmentée de 55 mm, la GT-R gagne encore en agilité.

Un exemplaire de KPGC10 avec l'aileron arrière qui était disponible en option.

Crédit photo : www.garagespec.net

Dans l'habitacle, le coupé 2 portes reçoit quelques modifications par rapport à la berline. Le volant trois branches reçoit un cerclage noir tandis qu'une grande partie des boiseries a disparu.

Tous les cadrans sont désormais placés face au conducteur pour une meilleure lisibilité. Les sièges, quant à eux, sont épousent un peu mieux les hanches du conducteur mais restent plaqués de vinyle.

Le sigle "2000GT" est toujours présent. Notez l'abondance de compteurs derrière le volant.

Crédit photo : www.adictosalagasolina.com

7 Mars 1971, première course à Suzuka et première victoire de catégorie pour la KPGC10, qui porte ainsi à 37 le nombre de victoires enchaînées de la GT-R. Elle va continuer à glaner victoire sur victoire pour atteindre le chiffre hallucinant de 49 succès d'affilée !

La KPGC10 N°2 de Motoharu Kurosawa, ex-pilote essayeur Nissan.

Crédit photo : www.japanesenostalgiccar.com

Le 50ème, qui lui tendait les bras, n'aura pas lieu à cause d'une casse de direction. La Skyline de Kubota et Sugizaki, alors en 1ère position, rentre au stand et, malgré leur retour en course, laisse filer Mazda vers la victoire.

 

Ironie de l'histoire, c'est lors de la course suivante sur le circuit du Fuji Speedway, celui-là même qui avait connu les débuts de la PGC10, que la GT-R atteint finalement la barre des 50 succès. 

 

La (K)PGC10 sera mise à la retraite fin 1972 pour être remplacée en 1973 par la KPGC110, au style fastback très américain, animée du même moteur S20 DOHC.

 

Au delà de ces succès retentissants, il faut également se replacer dans le contexte d'époque pour comprendre pourquoi ce modèle est devenu mythique. Le Japon sort de la Seconde Guerre Mondiale affaibli, touché moralement et les exploits de la GT-R vont redonner de l'enthousiasme, de l'entrain aux passionnés mais pas seulement.

Au fil des victoires, la couverture médiatique se fait toujours plus importante et la GT-R devient un modèle de réussite, une véritable icône nationale dont le pays entier suit les exploits. Du père de famille à l'adolescent, tout le monde veut une GT-R !

 

Malheureusement le prix, le double de celui d'une 2000GT, va refroidir les ardeurs de beaucoup de fans et la GT-R ne se vendra qu'à 832 exemplaires pour la PGC10 et 1197 exemplaires pour la KPGC10.

Le Drift King, Keiichi Tsuchiya, au volant d'un exemplaire de KPGC10. Deux légendes en une vidéo !

Aujourd'hui, plus de 40 ans après, le capital sympathie de ce modèle reste énorme au Japon pour ces raisons et les modèles de cette génération de GT-R sont devenus extrêmement prisés.

 

Les descendantes de la (K)PGC10, quant à elle, se chargeront de transposer la légende au delà des frontières nippones pour faire de cette lignée un des plus grands mythes de l'histoire automobile !

Si, comme nous, vous êtes tombés amoureux de cette auto nous vous offrons la possibilité d'en acquérir une (toute petite certes mais étant donné les prix des modèles à l'échelle 1:1....) ci-dessous :

FICHE TECHNIQUE

Année de production : 1969 - 1972

MOTEUR 

- Cylindrée : 1989 cm3
- Type : 6 cylindres en ligne, 24 soupapes

- Position : Longitudinal avant
- Alésage x course : 82 x 62,8 mm

- Compression : 9.5:1
- Alimentation : 3 carburateurs double-corps Mikuni N40PHH-3 / Injection Lucas
- Puissance :  160 ch à 7 000 tr/min
- Couple : 180 Nm à 5 600 tr/min

- Transmission : Propulsion
- Boîte de vitesse : Manuelle à 5 rapports



CHÂSSIS

- Direction : Vis et galet
- Suspensions Avant : McPherson
- Suspensions Arrière : Bras oscillants
- Freins avant : Freins à disques
- Freins arrière : Tambours
- Pneus : 165x15



DIMENSIONS

- Longueur : 4400 mm (PGC10) / 4330 mm (KPGC10)
- Largeur : 1610 mm (PGC10) / 1665 mm (KPGC10)
- Hauteur :  1385 mm (PGC10) / 1370 mm (KPGC10)
- Empattement : 2640 mm (PGC10) / 2570 mm (KPGC10)
- Voie avant : 1370 mm

- Voie arrière : 1365 mm

- Poids : 1120 kg
- Réservoir : 100 litres



PERFORMANCES

- 0-100 km/h : 9,8 secondes
- Vitesse maximale : 200 km/h
- Rapport poids/puissance : 7 kg/ch
- Rapport puissance/litre : 80,442 ch/L
- Consommation mixte : 15 L/100 km

CE N'EST PAS FINI !

VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE À PROPOS DE CET ARTICLE ?

DÎTES NOUS TOUT DANS LES COMMENTAIRES CI-DESSOUS