N'hésitez pas à nous suivre pour 

découvrir nos nouveaux articles dès leur parution :

  • Facebook Passeports de Légendes
  • Twitter Passeports de Légendes
  • Youtube Passeports de Légendes
  • Instagram Passeports de Légendes

PASSEPORT

Prénom : Diego 

Age : 24 ans 

Particularité : Sacré gaillard 

Passionné depuis : Qu'il est né 

Fan de : Minis 1ère génération en tout genre 

Son rêve : Un hot-rod Mini 

Le modèle présenté : Mini Mk2 HLE 1987, 100% d'origine 

Lieu de la rencontre : Perpignan 

Nous avons pris contact avec Diego en début d'été pour organiser une petite sortie à bord de son bolide anglais. L'envie est réciproque, quelques échanges plus tard l'affaire est dans le sac : direction Perpignan ! 

Diego m'accueille directement chez lui le temps d'admirer le pot de yaourt et là surprise, il n'y en a pas qu'un !

Une vraie famille de passionnés ! L'endroit ne compte pas moins de 6 exemplaires dont une très belle Mini Moke.

Le garage ? Une caverne d'Alibaba ! De la pièce de rechange, des accessoires dans tous les coins, des outils à n'en plus finir, un garage comme on les aime !

Nous parlons de tout, de rien mais sans jamais quitter l'univers Mini. Les minutes s'additionnent, chaque phrase transpire la passion.

Mais il est temps d'y aller ! Nous embarquons et décidons de filer direction l'arrière pays catalan pour profiter du beau temps et du paysage.

Premier constat : nous ne passons pas inaperçus ! La taille de l'engin surprend au milieu des géantes d'aujourd'hui tandis que le 1000 cm3, qui donne de la voix, interpelle même les plus distraits. 

Un petit périple sur la voie rapide, la Mini surprend. 42 chevaux mais les 110 km/h sont bien là. Il faut dire que le karting ne pèse que 620 kilos.

Rivé au sol cela donne l'impression de cruiser à des vitesses folles mais il n'en est rien.

Dernier rond-point et nous voilà enfin sur des routes à taille humaine. Vitres grandes ouvertes, le soleil au beau fixe, pas un nuage, la balade est plus qu'appréciable. Les petits chemins de traverse au milieu des vignes nous permettent de tester la vigueur du 1000 cm3 accouplé à une boîte manuelle 4 rapports.

Si les vitesses de passage en courbe restent modestes, le plaisir est au rendez-vous !

Arrivés à l'entrée du village d'Opoul-Périllos, nous observons un premier arrêt pour admirer la Mini devant le paysage qui s'offre à nous.

Nous sommes gâtés, le temps nous permet d'apprécier, sans retenue, cette superbe vue. Notre seul regret : le soleil, pleine face côté vallée, ne nous a pas permis d'immortaliser, avec réussite, la Mini devant cette vallée grandiose.

Nous taillons une bavette durant quelques minutes alors que quelques curieux n'hésitent pas à nous saluer ou à klaxonner. Et oui la Mini est une voiture universelle qui rappellera pêle-mêle des souvenirs de jeunesse à certains, des épisodes de Mr. Bean à d'autres ou encore ce côté "english so chic" que de nombreuses femmes apprécient.

Quoiqu'il en soit les sourires que nous croisons sont les témoignages manifestes de la sympathie, de l'attrait qu'a su générer la Mini tout au long de son histoire.

Point trop n'en faut, il est temps d'entamer le chemin du retour. Pour ce faire je laisse la place à Diego, bien plus apte que moi à gérer la redescente vers Perpignan avec ces freins délicats.

Nous enchaînons quelques centaines de mètres avant de changer de versant et nous retrouver face à toute la côte catalane et audoise. Impossible d'en rester là, il nous faut trouver un nouveaus bas-côté pour profiter de cette perspective.

La pause valait le détour, le panorama est superbe et le blanc de la Mini se marie à merveille avec les couleurs chaudes de l'environnement.

Le temps de s'abreuver et nous voilà repartis sur la route mais cette fois-ci je prends le volant ! Malgré ma grande taille (1m92), j'arrive à m'insérer à la place du conducteur. Je n'irai pas à dire que j'étais à l'aise mais, étonnamment, je rentre et sans toucher le plafond, ce qui constitue un exploit pour une si petite voiture.

 

Côté pilotage rien de bien sorcier, la boîte 4 se manie aisément même si les premiers changements de rapports n'ont pas été des plus fluides. L'amplitude de la commande y est pour beaucoup, il faut aller chercher loin sur la droite la 3 et la 4.

Le grand cerceau qui sert de volant me bloque quelque peu les genoux mais, certainement la force de l'habitude, cela ne me dérange pas outre mesure.

Le rythme est tranquille, les freins ne sont pas au meilleur de leur forme donc pas de prise de risques inutiles. L'importante surface vitrée, quant à elle, nous permet de profiter pleinement des merveilles du coin.

Nous grimpons jusqu'au village de Vingrau qui surplombe toute la vallée du Verdouble. Deuxième arrêt pour, de nouveau, shooter la miss.

Nous achevons notre descente vers Perpignan et nous finissons cet après-midi parfait le sourire aux lèvres, ravis de s'être promené sans se hâter, de s'être amusé sans exagérer. 

Adepte d'autos relativement puissantes, je dois avouer que cette Mini m'a surpris par le plaisir qu'elle procure, à son volant comme sur le siège passager. Elle offre la possibilité de rouler sans se presser tout comme l'éventualité de jouer sans se risquer. 

Pas tout à fait une voiture pour flâner ni même une sportive, cette citadine s'adapte parfaitement aux petites balades et c'est bien là tout ce qu'on lui demande.

Un grand merci à toi Diego pour cette rencontre, en espérant de prochaines rencontres toujours autour de la Mini.

KEVIN P.

CE N'EST PAS FINI !

VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE À PROPOS DE CET ARTICLE ?

DÎTES NOUS TOUT DANS LES COMMENTAIRES CI-DESSOUS

Elle nous montre tout.