N'hésitez pas à nous suivre pour 

découvrir nos nouveaux articles dès leur parution :

  • Facebook Passeports de Légendes
  • Twitter Passeports de Légendes
  • Youtube Passeports de Légendes
  • Instagram Passeports de Légendes

#ilétaituneauto

FORD RS200

QUAND LE DESTIN S'EN MÊLE

En 1980, Ford souhaite prendre part au tout nouveau Groupe B du Championnat du Monde des Rallyes qui débutera en 1982. A cet effet, le constructeur de Detroit se lance pendant deux ans dans la conception d'une nouvelle rallycar sur base de Ford Escort MkIII : la Ford Escort RS1700T. Mais au cours de l'année 1983, Stuart Tuner, alors de retour à la direction du département compétition, décide de couper court au développement de ce projet jugeant l'Escort RS1700T incapable de rivaliser, notamment, avec les Audi Quattro.

 

C'est ainsi qu'en 1983 Ford se lance dans la mise au point d'un tout nouveau modèle de course : La RS200. Quatre roues motrices, moteur central et turbocompresseur, le programme a de quoi faire rêver !

par Kevin P.

Crédits Photos : Patrick Ernzen ©2015 Courtesy of RM Sotheby’s

CÔTÉ ROUTE

En retard par rapport à ses principaux concurrents (Peugeot, Audi, Lancia...) Ford espère néanmoins achever le développement de la RS200 pour l'année 1985 et venir inquiéter les leaders de la catégorie. Ce projet est remis entre les mains de Bob Howe, désigné chef de projet, qui sera plus tard surnommé Mr RS200.

Afin de satisfaire aux conditions d'homologation du Groupe B, Ford se doit de construire et commercialiser au moins 200 exemplaires de RS200. Il est décidé d'effectuer l'assemblage complet de ces modèles destinés au public dans les locaux de Reliant à Shenstone dans le comté de Stafforshire. D'un autre côté, ceux destinés à courir seront mis au point au sein du département Ford Motorsport à Boreham.

Fabrication des modèles de série dans l'usine de Shenstone

Le style de la RS200 est confié à Filippo Sapino, responsable du design au sein de la division Ford Ghia installée à Turin et designer de l'incroyable concept car Abarth Scopione lorsqu'il travaillait chez Pinifarina. 

En résulte une silhouette très particulière qui s'explique notamment par le travail en étroite collaboration avec les équipes de la Reliant Motor Company, reconnues pour leurs compétences en matière de fibre de verre, et les nombreux essais en soufflerie à Cologne qui façonneront le style unique de ce modèle.

Malgré ce design atypique, la RS200 reprend cependant des éléments de la Ford Sierra comme les feux arrières, les rétroviseurs, le pare-brise et les poignées de porte afin de réduire les coûts de fabrication.

Les appendices aérodynamiques proéminents lui confèrent un style excentrique qui tranche avec les lignes franches et cubiques alors en vogue à l'époque.

Le but est également d'alléger la voiture au maximum pour favoriser le rapport poids/puissance. C'est dans ce but que le pavillon et les panneaux de porte sont réalisés en fibre de verre tandis que les parties vitrées latérales et arrière en Perspex (Polyméthacrylate de méthyle) beaucoup plus léger que le verre.

 

Les capots monocoques, quant à eux, sont là pour rappeler le but premier de la création de ce modèle : la course !

 

Toutes les RS200 produites par Ford sont peintes en Diamond White (Ref: XSC691) et seront produites en conduite à droite comme conduite à gauche pour satisfaire une clientèle d'adeptes plus nombreuse. Le prix de vente neuf est alors établi à 49 950 £ (640 000 francs). 

Crédits Photos : Patrick Ernzen ©2015 Courtesy of RM Sotheby’s

L'intérieur quant à lui est épuré mais de bonne facture. On y retrouve l'imposant tunnel de transmission qui sépare le conducteur du passager, de très beaux sièges baquets Sparco rouges spécialement conçus pour la RS200, un volant trois branches spécifique ainsi qu'un tableau de bord très complet dérivé de celui de la Ford Escort XR3.

Crédits Photos : Patrick Ernzen ©2015 Courtesy of RM Sotheby’s

Le moteur utilisé dans la RS200 est une évolution du 4 cylindres 16 soupapes développé auparavant lors du projet Escort RS1700T. Dérivé du Ford Kent, ce moteur Cosworth BD (Belt Driven) tout aluminium est renommé BDT après la greffe d'un turbo Garrett AiResearch T.04 et sa cylindrée passe à 1803 cm3 grâce à l'augmentation de l'alésage et de la course.

 

On retrouve en supplément un collecteur 4-1, un calculateur EEC IV en charge de la gestion électronique de l'injection et de l'allumage, un gros échangeur air/air alimenté par l'écope de toit et une lubrification par carter sec.

 

La puissance initiale délivrée par le 1.8L est de 250ch mais Ford propose en supplément des versions de 300ch et 350ch destinées à la compétition. Ford va jusqu'à ajouter deux nouvelles écopes de toit sur les modèles les plus puissants.

 

Anecdote : Une particularité du moteur de la RS200 est sa position inédite inclinée sur la droite et décalée de 15,2cm sur la gauche. Ceci à la fois pour conserver un équilibre des masses optimal mais aussi afin d'avoir un axe de transmission rectiligne vers la boîte située à l'avant.

 

Malgré une fiche technique flatteuse, la RS200 disposait d'un rapport poids/puissance et d'une puissance à bas régime lui faisant défaut face à ses principales concurrentes.

Crédits Photos : Patrick Ernzen ©2015 Courtesy of RM Sotheby’s

John Wheeler, ingénieur qui avait travaillé sur le projet Escort 1700T, et Tony Southgate, ingénieur Formule 1, collaborent pour mettre au point la plateforme de la RS200. Il s'agit d'une structure autoporteuse avec cellule monocoque, en carbone et acier, rattachée à des chassis tubulaires avant et arrière.

Par soucis de répartition des masses, le duo d'ingénieurs décide de disposer les deux réservoirs d'essence en aluminium dos aux sièges.

La direction, non assitée, à crémaillère est celle de la Sierra tandis que le système de suspension se veut totalement novateur : on retrouve à chaque roue un double combiné amortisseur-ressort qui permet un plus grand débattement et favorise donc l'absorption des chocs.

 

La RS200 est équipée de deux axes de transmission (moteur-boîte et boîte-pont arrière) et de 3 différentiels à glissement limités, visco-coupleurs Ferguson. Un levier situé dans l'habitacle permet au conducteur de choisir entre 3 configurations possibles : 

- La répartition 37% - 63% avant/arrière initiale

- Une répartition 50% - 50%

- Une propulsion pure grâce au verrouillage du différentiel central

Crédits Photos : Patrick Ernzen ©2015 Courtesy of RM Sotheby’s

CÔTÉ COURSE

Alors que Ford prévoyait une entrée en Groupe B lors du rallye d'Angleterre 1985, les retards de développement contraignent finalement le constructeur américain à repousser la première apparition officielle de sa RS200 en compétition. Celle-ci arrive en 1986 alors que le dernier exemplaire, des 200 produits pour satisfaire aux conditions d'homologation, est achevé le 30 Janvier : la veille de l'inspection de la FIA ! Là aussi les 20 exemplaires destinés au rallye arborent tous la fameuse livrée blanche Diamond White mais ornée de deux bandes bleues supplémentaires.

L'entrée officielle de la RS200 en WRC se fait lors du Rallye de Suède de cette même année avec les équipages Blomqvist-Berglund et Grundel-Melander. Dans des conditions climatiques très dures Blomqvist parvient à tirer le meilleur de la Ford et se place 3ème au classement, avec une victoire d'ES au passage, avant que le moteur de sa voiture ne rende l'âme dans la 12ème spéciale. C'est la première fois depuis près de 20 ans que le Suédois ne termine pas son rallye fétiche.

Néanmoins grâce à son expérience et à l'abandon des principaux leaders, Kalle Grundel va permettre à Ford de terminer ce premier rallye à une encourageante 3ème place après avoir remporté 5 spéciales.

Ce sera le meilleur résultat obtenu par une Ford RS200 à l'échelon international.

Kalle Grundel - Benny Melander au Rallye de Suède 1986

En effet, l'épreuve suivante au Portugal se déroule un des accidents les plus graves enregistrés à ce jour en WRC. Joachim Santos, pilote de la Ford pour cette manche, sort de la route et fauche une foule de spectateurs. Le bilan est terrible : 3 morts et des dizaines de blessés.

 

S'en suit un refus des pilotes usine de poursuivre ce rallye face à l'inconscience des spectateurs présents sur les bords de la route.

Marquée par cette tragédie, l'équipe Ford décidera de ne pas se présenter au Safari Rally au Kenya ainsi qu'à la manche programmée en Corse.

C'est au cours de cette dernière étape que Toivonen perdra la vie au volant de sa Delta S4 et que la FIA prononcera l'exclusion définitif du Groupe B, décision qui prendra effet en Janvier 1987.

 

Entre temps, également engagé sur RS200, Marc Surer subit un violent accident lors du Rallye d'Hessen en Allemagne au cours duquel son copilote, Michel Wyder, décèdera.

 

Malgré un moral en berne, Ford participe quelques semaines plus tard au rallye de l'Acropole en Grèce. Très à l'aise sur ce terrain la RS200 permet à Blomqvist et Grundel de truster les deux premières places au sortir de l'ES17. Malheureusement, lors de l'ES18 Blomqvist finit sur le toit et Grundel sera mis hors course après l'ES21 pour une réparation qui a pris trop de temps.

 

ANECDOTE 

Malgré les efforts des mécaniciens pour effectuer toutes les réparations nécessaires, Kalle Grundel est disqualifié pour un dépassement du temps imparti d'une seule minute à cause d'un boulon de roue récalcitrant.

 

En 1986 Ford ne fait pas mieux que la 3ème place au Rallye de Suède. Seul autre résultat notable, Grundel réussit à hisser le dernier exemplaire encore en course à la 5ème place au RAC (Rallye de Grande-Bretagne), avant-dernière épreuve de la saison. 

La RS200 n'arrête pas pour autant sa carrière en Rallye puisque Robert Droogmans honorera le travail des ingénieurs de Ford en remportant le Championnat de Belgique 1986.

RS200 EVOLUTION

Souhaitant une version encore plus performante de la RS200, Ford tire profit du règlement qui lui permet  de développer en parallèle une version améliorée de 20 exemplaires minimum.

C'est ainsi que le constructeur américain donne naissance à 24 exemplaires spécifiques, en plus des 200 modèles routiers nécessaires à l'homologation.

La documentation officielle de l'époque notifie que les chassis 41 à 200 étaient conçus pour les modèles rallye RS200 Evolution ce qui signifie que Ford prévoit de développer bien plus d'exemplaires que le minimum requis par le règlement.

 

Les modifications portent en premier lieu sur l'amélioration des performances moteur : on trouve ainsi sous le capot un BDT-E (E pour Evolution), couplé à une injection Bosch, dont la cylindrée est augmentée à 2.1l. Ces optimisations vont porter la puissance du bloc Cosworth à 500 ch pour un 0-100 km/h pulvérisé en 3,07 secondes ! Anticipant la construction des chassis RS200 Evolution, Ford produit 40 de ces moteurs BDT-E.

Pour homogénéiser le tout, Ford travaille également sur la partie chassis en améliorant également freinage et suspensions.

Malheureusement l'arrêt du Groupe B coupe court à cette initiative et Ford se retrouve avec un stock important de véhicules et de pièces invendus : 200 RS200 + 24 RS200 Evolution ainsi que 40 moteurs 2.1L. Dans un premier temps Ford écoule une partie de ses modèles en rallycross mais cela reste insuffisant.


L'OFFRE EN OR

Un concessionnaire canadien nommé Murray se présente alors à Ford et offre au constructeur de lui commander 20 modèles de RS200.

Ce bon comprend néanmoins quelques exigences bien précises : 16 modèles classiques de 350ch + 4 modèles de 450ch. En complément, Murray souhaite que les 4 exemplaires spécifiques issus de cette négociation arborent le nom de RS200 S pour honorer cette configuration unique. 

 

ANECDOTE

Ford accepte cette offre mais précise à Murray que ce dernier devra se charger, lui-même, d'apposer l'emblème "RS200 S". Cette combine évite alors au constructeur américain d'entamer un lourd processus administratif nécessaire à la commercialisation d'un nouveau modèle spécifique.

 

Murray verse un premier acompte et Ford entame la préparation de ces 20 modèles en faisant appel au préparateur Trickford, situé à Newport Pagnell, afin d'améliorer l'équipement intérieur. Vitres électriques, système de chauffage amélioré, pare-brise chauffant et parfois même climatisation prennent place dans ces RS200. En complément les 4 RS200 S reçoivent des baquets Sparco noirs spécifiques, une direction assistée et un nouveau réglage du différentiel arrière.

Côté peinture, sur les 20 modèles, 14 conservent la livrée blanche originale tandis que 4 autres sont repeintes en rouge et 2 en bleu.

Malheureusement le concessionnaire canadien se voit contraint d'annuler sa commande alors que seulement deux exemplaires sont livrés. Les modèles restants de cette commande sont finalement éparpillés à travers le monde dans les galeries de différentes collections automobiles.

 

Jusqu'en 1990 Ford réussira malgré tout à écouler 158 des 200 exemplaires clients de sa RS200. Quant aux 42 exemplaires restants, la décision sera prise de les démonter pour assurer le service après-vente en pièces détachées.

Pour les passionnés du modèle, et à défaut de vous proposer une vraie RS200 à la vente, voici plusieurs alternatives beaucoup plus abordables et sécurisantes pour vous comme pour vos enfants (n'oubliez quand même pas de mettre la ceinture) :

FICHE TECHNIQUE

Année de production : 1965 - 1969

MOTEUR 

- Cylindrée : 1803 cm3
- Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes

- Position : Longitudinal central arrière
- Alésage x course : 86 x 77,6 mm*
- Compression : 8.2:11
- Alimentation : Injection électronique Ford

- Suralimentation : Turbo Garrett AiResearch T.04 (0,75 bars)
- Puissance :  250 ch à 6 500 tr/min
- Couple : 294 Nm à 4 000 tr/min

- Transmission : Intégrale
- Boîte de vitesse : Manuelle à 5 rapports



CHÂSSIS

- Direction : Crémaillère
- Suspensions Avant : Triangles superposés, double combiné ressort/amortisseur
- Suspensions Arrière : Triangles superposés, double combiné ressort/amortisseur
- Freins avant : Disques ventilés (285 mm), étriers 4 pistons
- Freins arrière : Disques ventilés (285 mm), étriers 4 pistons
- Pneus : 225/50 R16



DIMENSIONS

- Longueur : 3825 mm
- Largeur : 1764 mm
- Hauteur :  1322 mm 
- Empattement : 2530 mm
- Voie avant : 1520 mm

- Voie arrière : 1498 mm

- Poids : 1050 kg
- Réservoir : 105 litres



PERFORMANCES

- 0-100 km/h : 6.2 secondes
- 0-160 km/h : 17 secondes

- 400m D.A : 15 secondes
- Vitesse maximale : 240 km/h
- Rapport poids/puissance : 4,15 kg/ch
- Rapport puissance/litre : 140,3 ch/L
- Consommation mixte : 13,4 L/100 km

CE N'EST PAS FINI !

VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE À PROPOS DE CET ARTICLE ?

DÎTES NOUS TOUT DANS LES COMMENTAIRES CI-DESSOUS