N'hésitez pas à nous suivre pour 

découvrir nos nouveaux articles dès leur parution :

  • Facebook Passeports de Légendes
  • Twitter Passeports de Légendes
  • Youtube Passeports de Légendes
  • Instagram Passeports de Légendes

#ilétaituneauto

FERRARI 288 GTO 

DEUXIÈME DU NOM

Ferrari ne le sait pas encore mais l'année 1984 restera dans les mémoires comme une année phare pour le constructeur italien.

A cette époque Ferrari joue les premiers rôles sur les circuits internationaux, et particulièrement en Formule 1 où l'écurie vient de remporter le titre de champion du monde des constructeurs en 1983. 
Désireux de proposer à ses clients un modèle faisant le lien entre la course et la route, Enzo Ferrari annonce le 18 Septembre 1983, lors des Ferrari Days à Maranello, le retour de la marque au cheval cabré sur d'autres tracés que ceux de la Formule 1. 

La frénésie gagne alors les aficionados de la marque et quelques temps après la nouvelle tombe : Ferrari va réintégrer le championnat des rallyes Groupe B !

 

C'est ainsi qu'en 1984, 20 ans après la 250, la firme de Maranello fait renaître l'appellation "Gran Turismo Omologata" avec la 288 GTO. Pensée, conçue et réalisée dans un but bien précis : satisfaire aux conditions d'homologation du championnat FIA Groupe B de l'époque. Ferrari prévoit donc de commercialiser les 200 modèles nécessaires et ces derniers trouveront tous acquéreurs avant même le début de la production en Juillet 1984. Devant tant de succès Ferrari produira même 72 exemplaires supplémentaires pour porter à 272 le nombre total de 288 GTO construites.

PRECISION 

Parmi les 200 exemplaires initiaux, 20 (sur 23 en France) ont été livrés à la concession Charles Pozzi.

par Kevin P.

Dossier d'homologation FISA

de la 288 GTO


L'homologation Groupe B sera délivrée le 1er Juin 1985 pour une durée de six ans.

DESIGN

 

Le dessin de la 288 GTO est réalisé par l'ingénieur Leonardo Fiovaranti du centre stylistique de Pininfarina à Grugliasco.

Ses lignes ne sont pas sans rappeler une étude précédente du centre Pininfarina sur base de 308 GTB. Cette dernière fût commandée par un client de la marque souhaitant s'engager dans la course automobile avec son modèle.

Prototype Code Millechiodi

Salon de Genève 1977

Si la 288 GTO est une très belle réussite sur le plan de l'esthétisme, le travail de collaboration entre le centre Pininfarina et l'ingénierie Ferrari ne s'arrête pas là. Châssis tubulaire en acier haute résistance, carrosserie moulée en fibre de verre, capot en kevlar, pavillon arrière en fibre de verre et nomex et autres éléments en fibre de carbone viennent réduire de 10% le poids total par rapport à celui d'une 308 GTB pour atteindre 1160 kg. La carrosserie sera entièrement réalisée au seins des ateliers Scaglietti à Modène avant de rejoindre la chaîne d'assemblage de Maranello.

Assemblage de la carrosserie

dans les ateliers de Scaglietti à Modène

Malgré un dessin très ressemblant à sa devancière, la 288 GTO ne reprend finalement que les portes de la 308 GTB puisqu'elle possède un empattement supérieur de 11cm à cette dernière.

Le bouclier avant, les quatre phares avant rectangulaires, les jantes Speedline en deux parties à écrou central sont autant d'éléments spécifiques à la GTO.

 

ANECDOTE

Tout comme chez son aînée la 250, on retrouve sur les ailes arrières de la 288 GTO trois entrées qui assurent le refroidissement du moteur et des freins.

Les trois entrées d'air spécifiques aux 250 et 288 GTO qui seront aussi présentes sur la F40.

Côté habitacle on retrouve l'ambiance de la 308 de série avec des sièges baquets aérés comme sur la Daytona (sellerie noire ou bi-ton noire et rouge), un tableau de bord en velours et un compteur gradué jusqu'à 320 km/h. Climatisation, autoradio et vitres électriques font partie des options au catalogue. 

MÉCANIQUE

 

La mécanique de la belle est empruntée aux sports-protos d'endurance Lancia LC2 de 1983 pour lesquels Ferrari avait développé un bloc V8 turbo. Le moteur de la 288 GTO, le tipo F114B, reprend ainsi 90% des éléments du tipo 268C des Lancia de course. Ce bloc en alliage léger va être mis au point sous la direction de Harvey Postlethwaite, alors en charge du programme Formule 1 chez Ferrari, pour un résultat et des performances éblouissantes.

Deux turbocompresseurs japonais IHI, un intercooler Behr et une injection électronique Marelli portent la puissance du V8 2,9l à 400 ch à 7000 trs/min pour un couple de 50,6 mkg à 3800 trs/min.

La cylindrée du moteur est là aussi pré-pensée pour respecter les conditions d'homologation : 4000 cm3 maximum pour la plus haute classe du groupe B. Les constructeurs doivent également respecter un coefficient d'application de 1,4 pour les moteurs turbos, ce que Ferrari fait : 1,4 x 2 855 cm3 = 3 997 cm3. Si le modèle de série fait 400 ch ceci explique pourquoi les modèles préparés atteignent les 600 ch sans difficultés.

 

Contrairement aux moteurs transversaux des 308/328, le moteur de la 288 GTO est placé en position longitudinale et son centre de gravité est abaissé de 7 cm. Il est accouplé à une boîte de vitesse 5 rapports.

 

ANECDOTES 

La course des sièges de la 288 GTO a du être réduite à cause de la position très avancée du bloc et de la place que prend l'ensemble moteur-boîte de vitesse. Cette même particularité a obligé les ingénieurs Ferrari a repensé les procédés d'entretien et faire preuve de créativité : le changement de distribution ou encore l'accès au thermostat, l'alternateur ou la pompe à eau à l'avant du moteur se font par l'habitacle.

L'accès au moteur se fait par l'habitacle

CHÂSSIS

 

Côté suspension on retrouve des quadrilatères déformables de marque Koni, des freins à disques ventilés Brembo et des Goodyear Eagle VR en 225/50 à l'avant et 265/60 à l'arrière montés sur les jantes Speedline 16 pouces.

 

Concernant les numéros de châssis : 44421, 44725, 44727, 47647, 47649 et 44711 correspondent aux prototypes tandis que les numéros de 50253 à 58345 désignent les version commercialisées.

 - La 44421 fût détruite lors d'un crash-test.

- La 44725 fut construite sur base de 308 GTB avec moteur F114A, quadri-carburateurs double corps, turbocompresseur KKK et boîte de vitesse ZF.

A noter que la 47649 est l'unique 288 GTO Prototipo restante des quatre prototypes officiels et cette dernière est également la seule qui ait été peinte en jaune Giallo Fly.

288 GTO EVOLUZIONE

A partir de 1985 Ferrari commence donc à développer le modèle qui devra courir en Groupe B pour rivaliser face aux Porsche 959 notamment : la 288 GTO Evoluzione. En 1986, alors que Ferrari n'a construit que 5 modèles, la règlementation du Groupe B change pour stopper la course à la puissance et Ferrari se voit contraint d'arrêter le développement de ses modèles.

 

Le programme était pourtant très alléchant : un design au service de la performance, 650 ch pour 940 kg, une vitesse de pointe de 369,8 km/h et un 0 à 100 km/h expédié en 4 secondes !

 

Si aucun des 5 exemplaires produits ne connaîtra la compétition, cette Evoluzione servira en de nombreux points au développement d'une autre icône de la firme de Maranello : la F40 ! Il ne reste aujourd'hui plus que 3 exemplaires de 288 GTO Evoluzione sur les 5 construits.

Si ces quelques lignes ont éveillé chez vous une curiosité sans fin et que vous souhaitez approfondir l'histoire de ce modèle nous vous proposons ci-dessous une sélection d'ouvrages de référence :

FICHE TECHNIQUE

Année de production : 1984 - 1986

MOTEUR 
- Cylindrée : 2855 cm3
- Type : 8 cylindres en V à 90°
- Soupapes : 32 soupapes (4 par cylindre)
- Allésage x course : 80 x 71 mm
- Compression : 7.6:1
- Alimentation : Injection directe
- Suralimentation : 2 turbocompresseurs IHI échangeurs air/air
- Puissance : 400 ch à 7000 tr/min
- Couple : 496 Nm à 3800 tr/min
- Régime maximal : 7700 tr/min
- Puissance fiscale : 12 cv
- Position : Longitudinal central arrière

- Transmission : Propulsion
- Boîte de vitesse : Manuelle à 5 rapports


CHÂSSIS
- Direction : Crémaillère
- Suspensions Avant : Triangles superposés, barre stabilisatrice
- Suspensions Arrière : Triangles superposés, barre stabilisatrice
- Freins avant : Disques ventilés
- Freins arrière : Disques ventilés
- Pneus : 225/50/16 à l'avant et 225/60/16 à l'arrière


DIMENSIONS
- Longueur : 4290 mm
- Largeur : 1910 mm
- Hauteur :  1120 mm 
- Empattement : 2450 mm
- Voie avant : 1559 mm
- Voie arrière : 1562 mm 

- Poids : 1160 kg
- Réservoir : 120 litres 


PERFORMANCES
- 0-100 km/h : 4,7 secondes
- 0-160 km/h : 11 secondes
- Vitesse maximale : 305 km/h
- Rapport poids/puissance : 2,9 kg/ch
- Rapport puissance/litre : 140,105 ch/L
- Consommation mixte : 11,8 L aux 100 km

CE N'EST PAS FINI !

VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE À PROPOS DE CET ARTICLE ?

DÎTES NOUS TOUT DANS LES COMMENTAIRES CI-DESSOUS