N'hésitez pas à nous suivre pour 

découvrir nos nouveaux articles dès leur parution :

  • Facebook Passeports de Légendes
  • Twitter Passeports de Légendes
  • Youtube Passeports de Légendes
  • Instagram Passeports de Légendes

BMW 2002

MISSION SAUVETAGE

#ilétaituneauto

Fin des années 50', BMW ne se porte pas au mieux. La marque à l'hélice rencontre de grosses difficultés dues principalement à des modèles qui n'attire pas les foules et qui entretiennent un positionnement de la marque très vague. Les berlines 502 sont démodées, le roadster 507 ne rencontre pas le succès escompté et la très particulière Isetta finit de compléter une gamme totalement incohérente.

Ce mal-être se traduit irrémédiablement sur les ventes et donc sur l'aspect financier. Daimler se présente pour racheter BMW, mais Herbert Quandt, alors détenteur d'un gros portefeuille d'actions, va prendre le pari, un peu fou, de croire en la marque en investissant davantage pour rendre cette transaction impossible. Et l'avenir lui donnera raison.

 

La renaissance de BMW porte un nom : Giovanni Michelotti. Père de l'Alpine A110, de la Triumph TR4, de la Maserati 3500 GT ou encore de la magnifique Ferrari 166 Inter, Quandt est séduit par cet apôtre de la carrozzeria italienne que tout le monde plébiscite.

Considéré comme un des plus grands designers de l'histoire de l'automobile, voici son histoire en vidéo racontée par son fils Edgardo : 

par Kevin P.

Michelotti va se charger de dessiner de nombreux modèles pour BMW qui ont pour effet de complètement raviver la marque. Des traits modernes, équilibrés et sportifs voilà tout ce qu'il manquait à la firme bavaroise.

 

L'association avec le carrossier italien commence à la fin des années 50 avec la BMW 700, sortie en 1959, qui pose les prémices de ce que l'on appellera la BMW Neue Klasse, ou Nouvelle Classe en français.

La fameuse 700 propulsée par le même moteur de moto 697 cm3 que l'Isetta, dérivé de la R51/3.

Ce terme de "Nouvelle Classe" est utilisé pour désigner les modèles développés entre les années 1962 et 1977 : les 1500, 1600, 1800, 2000. Cette gamme va véritablement séduire le public en proposant des berlines et coupés empreints de sportivité dont la 2002 est un des porte-étendard. 

 

Le travail conjoint de Michelotti et de Wilhelm Hofmeister, responsable du design chez BMW, va instaurer des caractéristiques esthétiques propres à la marque à l'hélice : une calandre inclinée vers le bas, le fameux double-haricot ainsi que la ceinture chromée qui parcourt le haut de caisse.

Maintenant que le contexte est détaillé, revenons au modèle qui nous concerne : la 2002.

 

Tout d'abord, pourquoi 2002 ?

La série "02" sert, à l'époque, à identifier les version 2 portes des versions 4 portes de même cylindrée. On retrouve ainsi les 1502, 1602, 1802 et 2002 pour faire simple. La 2002 provient donc de : "20", pour la cylindrée 2.0l du moteur, et "02", pour la version 2 portes.

 

Le premier modèle, la 2002 tout court, dérive donc de la 2000 E8. Elle est équipée du même petit 4 cylindres, 1 990 cm3, à arbre à cames en tête équipé d'un carburateur simple-corps développant 100 chevaux. Côté carrosserie elle dérive de la 1600-2 déjà en vente. Commercialisée en Janvier 1968, cette 2002 va connaître, à l'image de cette Nouvelle Classe, un succès probant.

BMW 2002 1972

Crédit Photo : RM Sotheby's 

BMW 2002 ti 

 

L'engouement est tel que BMW lance, six mois après, la version Ti (pour Turismo Internazionale) afin de satisfaire la demande des conducteurs les plus chevronnés. Appelée à prendre le relai de la 1600 Ti, la 2002 Ti est équipée de deux carburateurs double-corps 40 PHH Solex qui permettent d'atteindre une puissance de 120 chevaux.

 

Freinage renforcé, voies élargies, suspensions raffermies, le châssis n'est pas en reste. C'est un moindre mal pour contenir les fougues d'une 2002 Ti aux performances de tout premier ordre : 0-100 km/h abattu en de 9,1 secondes et une vitesse de pointe de 185 km/h !

Le sigle 2002 Ti

Crédit Photo : Dylan King Photography

BMW 2002 tii 

 

Mais cela ne suffit pas à BMW qui a trouvé là son véritable créneau : les berlines sportives. Un peu plus de 2 ans après, en 1971, le constructeur bavarois présente un modèle encore plus acéré : la 2002 tii.

Publicité d'époque pour la 2002 Tii.

"Einspritzer !" se traduit par "Moteur à injection !".

Le deuxième "i" est ajouté en référence à l'adoption de l'injection mécanique Kugelfischer PL04 qui permet de porter la puissance à 130 chevaux pour toujours moins d'une tonne sur la balance. Si l'ensemble est accouplé à une boîte manuelle 4 rapports, quelques billets de plus vous offrent la possibilité d'opter pour une boîte manuelle (ou automatique) 5 vitesses ou encore pour le pont autobloquant à 25 ou 40%.

 

Esthétiquement pas de changements majeurs par rapport à la version Ti, la sobriété reste le maître mot. Enfin côté châssis, on retrouve, entre autres, des éléments communs aux versions Ti qui font la force de ces modèles : deux barres antiroulis, roues indépendantes avec amortisseurs téléscopiques et ressorts à l'arrière, jambes élastiques avec ressorts et triangles transversaux à l'avant. Le freinage, quant à lui, est assuré par des disques à l'avant et des tambours à l'arrière. Il s'agit certainement du petit point négatif de cette auto s'il devait y en avoir un.

Seul le logo "2002 tii" trahit vraiment cette version.

Crédit photo : www.autocollec.com

Tous ces éléments font de la 2002 Tii, une voiture très surprenante tant par son efficacité que par sa vivacité encore aujourd'hui. Imaginez vous au volant d'un de ces modèles équipé de l'autobloquant cheminant sur de beaux lacets montagneux : vous risquez de surprendre plus d'un conducteur d'automobile moderne comme le démontre cette très belle vidéo :

Alors que la production de la 2002 ti s'arrête en Janvier 1971, la manufacture munichoise lance trois nouvelles versions de la 2002 : le cabriolet, la targa et la touring.

 

 

BMW 2002 CABRIOLET

 

BMW souhaite, en effet, enrichir sa gamme d'une version découvrable de sa berline 2 portes. Pour cela, elle confie l'étude à Baur, un carrossier de Stuttgart, qui planche sur le sujet. Devant l'importance de la demande, BMW avance finalement la commercialisation de sa propre version cabriolet, et ce, malgré le projet en cours chez Baur. Contraint par ses engagements auprès de ce dernier, le constructeur à l'hélice ne produira que très peu d'exemplaires de cette déclinaison cabriolet, la version Targa de Baur étant prévue depuis le début pour Juin 1971.

La version 2002 cabriolet produite à 200 exemplaires par BMW.

L'empressement, de BMW, à commercialiser ce cabriolet en fait, aujourd'hui, un des modèles les plus désirables de 2002 puisqu'il n'a été produit que 6 mois pour un total de 200 exemplaires.

 

 

BMW 2002 TARGA 

 

 

Sa remplaçante, beaucoup moins séduisante, nommée Targa, est finalement proposée au public à la date convenue. Elle arbore un toit rigide déposable à l'avant tandis que l'arrière se recouvre d'une capote traditionnelle avec lunette arrière intégrée.

Ce modèle, beaucoup moins élégant que le cabriolet, ne convainc pas vraiment mais restera malgré tout à la vente jusqu'en 1975.

BMW 2002 TOURING 

 

La troisième déclinaison proposée par BMW, en Avril 1971, est celle d'une version deux volumes, deux portes : la Touring. Celle-ci adopte un hayon ainsi qu'une banquette arrière rabattable et sera déclinée en versions 2002 et 2002 Tii.

Un exemplaire de 2002 tii Touring

Ce modèle est un succès mitigé. Les versions 1600 et 1800 Touring existant déjà auparavant, la sortie de ce modèle, malgré le moteur 2.0l, n'est pas une grande surprise. Malgré tout, elle plaît à certains adeptes grâce, notamment, à cette allure plus ramassée qui rappelle quelque peu les lignes d'un break de chasse. Elle aura surtout l'avantage de conserver les feux ronds à l'arrière, inspirés de Ferrari, jusqu'à la fin de production de la 2002, ce qui n'est pas le cas de la berline.

 

 

BMW 2002 TURBO

 

 

Alors que depuis 1969 BMW teste sur les différents circuits européens la fiabilité de son moteur turbo grâce à la 2002 TiK, c'est en 1973, en pleine crise énergétique, que le palier de la commercialisation au public est franchi. Les ingénieurs de Munich livrent, contre vents et marées, une version ultime de la 2002 destinée aux plus ambitieux : la 2002 Turbo.

Reprenant le moteur M10 de la 2002 Tii, cette version se voit greffer un turbocompresseur KKK soufflant à 0,55 bars pour un résultat explosif de 170 chevaux à 5 800 tr/min. La fiche technique, elle aussi, annonce la couleur : 0-100 km/h en 6,9 secondes, 211 km/h en pointe. De quoi déloger gentiment de la voie de gauche certaines Porsche et autres Ferrari de l'époque.

 

Côté design, la 2002 Turbo n'est pas sans rappeler sa grande soeur la 3.0 CSL et il y a une bonne raison à cela. Les responsables de BMW souhaitent donner une identité propre à leurs modèles les plus performants. Ceci explique les boucliers proéminents, les ailes élargies ainsi que les bandes de couleur qui se baladent, ci et là, sur la voiture.

Cette volonté sera d'ailleurs concrétisée très officiellement par la création du fameux département Motorsport le 1er Avril 1972.

 

Présentée au salon de Francfort en Septembre 1973, la 2002 Turbo, comme dit précédemment, est commercialisée en Janvier 1974 dans un contexte de crise énergétique majeure et connait de nombreux détracteurs. Pour ces raisons, BMW choisira de mettre fin à la carrière de ce modèle de manière précoce, en Octobre 1975, après seulement 1 672 exemplaires vendus.

 

(Si cet article traite de la 2002 dans son ensemble, nul doute que nous reviendrons sur ce modèle spécifique plus en détails prochainement tant il y a à dire à son sujet.)

2002 LUXE

Pour revenir à l'ensemble de la gamme 2002, BMW décide, en 1974, de donner un coup de jeune à l'ensemble des modèles et opte désormais pour des optiques arrière rectangulaires mais pas seulement. On retrouve pêle-mêle : un toit ouvrant proposé en option, la calandre avant parée de noir, des jantes plus larges, un volant quatre branches, un tableau de bord plaqué de faux bois, des appuie-têtes qui viennent orner les sièges avant et de nombreux autres détails actualisés...

 

De plus, en Avril 1974, les versions Luxe font leur apparition sur l'ensemble de la Série 02 : bois véritable au niveau des compteurs, de la console centrale et des contre-portes, moquette de coffre, accoudoir central arrière, dégivrage de la lunette arrière et sellerie en velours sont les équipements supplémentaires proposés dans cette version.

Un modèle de 2002 tii Luxe de 1975

Crédit Photo : http://www.ashleynickells.co.uk

La commercialisation de la 2002 continue ainsi jusqu'en 1975 (1976 pour les Etats-Unis), année au cours de laquelle elle est remplacée par la première BMW Série 3 E21.

 

La 2002 est aujourd'hui un modèle très apprécié par les amateurs de véhicules anciens tant par ses courbes très réussies que par l'agrément de conduite et les performances qu'elle délivre. 

 

Je ne sais pas si tout cela vous a convaincu d'aller jeter un oeil sur les différents sites d'annonces mais, de mon côté en tout cas, je ne suis pas loin du coup de coeur et je me verrais très bien au volant d'une belle 2002 tii pour flâner sur les petites routes.

 

Pour le côté purement statistiques voici quelques chiffres que j'ai pu trouver et qui intéresseront certainement quelques uns d'entre vous :

 

Dates de production des différents modèles : 

 

2002 : 1968 - 1876

2002 ti : 1968 - 1971

2002 tii : 1971 - 1976

2002 targa : 1971 - 1975

2002 touring : 1971 - 1974

2002 turbo : 1973 - 1975

 

Nombres de modèles vendus :

 

- 215 843 exemplaires de 2002

- 16 448 exemplaires de 2002 ti 

- 27 574 exemplaires de 2002 tii

- 200 exemplaires de 2002 Cabriolet

- 1 963 exemplaires de 2002 Targa

- 14 093 exemplaires de 2002 Touring

- 5 783 exemplaires de 2002 Touring tii

- 1 672 exemplaires de 2002 Turbo 

 

(source données : www.m10-online.net)

 

Je ne vous avais pas menti, la 2002 a été un énorme succès pour BMW et celles-ci ne sont pas si rares que l'on peut le croire. Même en 2016, il reste de nombreux modèles roulants et donc de potentiels superbes exemplaires à dénicher.

Avis aux fans de la marque à l'hélice !

 

Pour finir, et vous le savez certainement déjà, BMW a révélé à Pebble Beach un concept car en hommage à la 2002 Turbo dont une dernière livrée, en référence à la 2002 de 1971 ayant participé au SCAA. Une superbe étude stylistique pour cette BMW 2002 Hommage :

Si ces quelques lignes ont éveillé chez vous une curiosité sans fin et que vous souhaitez approfondir l'histoire de ce modèle nous vous proposons ci-dessous une sélection d'ouvrages de référence (en anglais ok, mais il y a le manuel d'atelier tout de même) :

FICHE TECHNIQUE

Année de production : 1968 - 1975

MOTEUR 

- Cylindrée : 1990 cm3
- Type : 4 cylindres en ligne, 8 soupapes

- Position : Longitudinal avant
- Alésage x course : 89 x 80 mm
- Alimentation : Carburateur simple corps Solex 40DPSI
- Puissance :  100 ch à 5 500 tr/min
- Couple : 157 Nm à 3 000 tr/min

- Transmission : Propulsion
- Boîte de vitesse : Manuelle à 4 rapports / Manuelle à 5 rapports en option



CHÂSSIS

- Direction : Vis et galet
- Suspensions Avant : Jambes élastiques avec ressorts hélicoïdaux et triangles transversaux
- Suspensions Arrière : Roues indépendantes avec amortisseurs téléscopiques et ressorts hélicoïdaux
- Freins avant : Freins à disques en 240 mm
- Freins arrière : Tambours en 230 mm
- Pneus : 165/80/13



DIMENSIONS

- Longueur : 4230 mm
- Largeur : 1590 mm
- Hauteur :  1410 mm 
- Empattement : 2500 mm

- Voie avant : 1330 mm

- Voie arrière : 1330 mm

- Poids : 990 kg
- Réservoir : - litres



PERFORMANCES

- 0-100 km/h : 10,3 secondes
- Vitesse maximale : 175 km/h
- Rapport poids/puissance : 9,9 kg/ch
- Rapport puissance/litre : 50,251 ch/L
- Consommation mixte : 15 L/100 km

CE N'EST PAS FINI !

VOUS AVEZ QUELQUE CHOSE À DIRE À PROPOS DE CET ARTICLE ?

DÎTES NOUS TOUT DANS LES COMMENTAIRES CI-DESSOUS